Pedro Alonso Lopez – le monstre des Andes

Pedro Alonso Lopez

En 1980, la police équatorienne a arrêté un homme qui tentait de kidnapper une fille locale sur un marché. Interrogé, Pedro López a avoué le meurtre de 53 jeunes filles et admettra plus tard être responsable du décès de plus de 110. Condamné à 20 ans d’emprisonnement, le maximum en vertu de la loi équatorienne, il a ensuite avoué aux autorités pénitentiaires avoir assassiné un autre 240 jeunes filles à travers la Colombie, le Pérou et l’Équateur. Il a été libéré après 16 ans pour bonne conduite et ensuite expulsé vers la Colombie où il a disparu. Les journaux ont qualifié López de « monstre des Andes » et il est considéré comme l’un des tueurs en série les plus prolifiques de l’histoire moderne.

Pedro Alonso López est né le 8 octobre 1948 à Tolmia, en Colombie, septième sur treize enfants. Sa mère était une prostituée qui gardait ses enfants en ligne en recourant à la violence. À cette époque, le pays était en proie à une guerre civile qui durera plus de 10 ans et devint connue sous le nom de période « La Violencia », entraînant la mort de plus de 200 000 personnes. En 1957, Pedro, 8 ans, a été surpris par sa mère en train d’abuser sexuellement sa jeune sœur. Il admettra plus tard : « Ma mère m’a jeté dehors quand j’avais huit ans après qu’elle m’avait surpris en train de toucher les seins de ma sœur. Elle m’a emmené à la périphérie de la ville mais j’ai retrouvé le chemin de la maison.

Lorsqu’il est rentré chez lui, sa mère l’a emmené en bus à Bogotá, la capitale de la Colombie, à plus de 200 miles de chez elle où elle l’a laissé. Seul, il fut pris en charge par un inconnu qui lui offrit de la nourriture et un lit, ce qu’il accepta volontiers. Au lieu de cela, l’homme plus âgé l’a emmené dans une maison déserte et l’a sodomisé à plusieurs reprises. C’est après cet incident, violé à maintes reprises, qu’il a décidé de faire de même avec le plus de jeunes filles possible. On ne sait pas quand il est devenu un meurtrier, mais à l’âge de 12 ans, il a été recueilli par une famille américaine qui l’a trouvé mendiant dans la rue et l’a inscrit dans une école pour orphelins. Mais il s’est enfui après deux ans parce qu’il a été agressé par un enseignant.

Il vivait maintenant dans la rue et commençait à voler des voitures pour subvenir à ses besoins, mais il a été arrêté à 18 ans et condamné à trois ans dans une prison colombienne en 1966. Alors qu’il était en prison, López a été violé par trois autres prisonniers. Il a juré de se venger et les a pourchassés, leur tranchant la gorge dans les murs de la prison. Il n’a jamais été soupçonné de ces meurtres et n’a pas été condamné à une peine supplémentaire et a été libéré en 1969. C’est à cette époque qu’il aurait commencé à assassiner de jeunes filles. Il voyageait entre la Colombie, l’Équateur et le Pérou, et parcourait les marchés où il attirait ses jeunes victimes avec des promesses de cadeaux et de bibelots tels que des miroirs à main. Ses jeunes victimes avaient généralement entre 9 et 12 ans et le suivaient dans ses cachettes secrètes où il avait auparavant préparé des tombes.

En 1978, il a été capturé par des Indiens Ayachucos lorsqu’il a tenté d’enlever une fillette de 9 ans dans leur communauté nord-péruvienne. Les lois tribales Ayachucos stipulaient que toute personne arrêtée pour un tel crime serait condamnée à mort, une punition qui impliquait d’être enterrée vivante. Il a été battu et dépouillé de ses vêtements par les Indiens et López a raconté plus tard comment « ils m’avaient mis du sirop et allaient me laisser manger par les fourmis ». Il a été enterré jusqu’au cou mais a été sauvé par un missionnaire chrétien américain qui est venu dans la tribu et les a convaincus de le remettre à la police péruvienne. Ils ont accepté à contrecœur et il a été placé, ligoté, à l’arrière de sa jeep.

La fille tribale Ayachucos et sa mère.

Elle l’a ensuite conduit à la frontière colombienne et l’a inexplicablement laissé partir. Il commentera plus tard : « Je ne lui ai pas fait de mal parce qu’elle était trop vieille pour m’attirer ». Il était maintenant libre de poursuivre sa frénésie meurtrière et a déménagé entre sa Colombie natale et l’Équateur. En 1979, une rivière a débordé près de la ville d’Ambato en Équateur et les corps de quatre filles ont été échoués sur la berge. L’enquête policière a révélé que les jeunes filles avaient été étranglées avec une telle force que, avec trois d’entre elles, leurs yeux étaient sortis de leurs orbites.

La quatrième fille a été retrouvée les yeux gelés ouverts avec un air de terreur sur le visage. Le 9 mars 1980, López a été arrêté par la police en Équateur pour la tentative d’enlèvement d’une jeune fille de 12 ans. La mère de la fille, Carvina Poveda, a vu Lopez quitter le marché de la Plaza Rosa avec sa fille de 12 ans, Maria. Elle a convoqué l’aide d’autres habitants de la ville qui ont suivi López et l’ont finalement appréhendé. Lorsque la police est arrivée pour le mettre en garde à vue, ils l’ont trouvé détenu par un grand groupe de personnes.

Lorsqu’il a été mis en prison, López a refusé de parler à la police et les détectives ont décidé de le tromper pour qu’il avoue. Pour découvrir s’il était responsable du meurtre des filles trouvées sur la berge, ils ont placé un prêtre, le pasteur Gonzalez dans sa cellule en tenue de prison en tant que détenu en civil. Gonzalez lui a dit qu’il avait été emprisonné pour viol dans le but de gagner sa confiance. Au début, López n’a rien révélé, mais lentement il a commencé à s’ouvrir à son nouveau compagnon de cellule et a commencé à lui dire les détails de ses crimes. Pendant un mois, Gonzalez était sous couverture et révélera plus tard : « Pendant 27 jours, j’ai à peine dormi, de peur d’être étranglé dans mon lit, mais j’ai trompé López en lui faisant avouer ». En avril 1980, il se vantait d’avoir commis des meurtres en Équateur, en Colombie et au Pérou, et Gonzalez a déclaré : « C’était au-delà de mes cauchemars les plus fous. Il m’a tout dit.

Il a d’abord avoué les meurtres de 110 filles, mais a reconnu plus tard 240 autres meurtres et a finalement accepté d’emmener la police sur certaines des tombes de ses victimes. Les officiers sceptiques n’ont bientôt plus aucun doute sur le fait qu’il disait la vérité lorsqu’il les a conduits aux corps de 53 filles enterrées dans la région d’Ambato. Entravé par des fers, il a dit à la police qu’il y avait plus de tombes et il a proposé de les emmener pour localiser plus de corps. Au cours des trois mois suivants, ils ont mené une recherche approfondie de 28 autres sites, mais rien de plus n’a été trouvé, ce qu’ils ont attribué au résultat de la récupération par des animaux prédateurs.

Mais ils croyaient maintenant que López affirmait et le major Victor Lascaño, directeur de la prison d’Ambato, a expliqué : « Si quelqu’un avoue avoir 53 ans, vous trouvez et des centaines d’autres non, vous avez tendance à croire ce qu’il dit. Le directeur Lascaño s’est également entretenu avec des journalistes en leur disant : « Je pense que son estimation de 300 est très faible, car au début, il a coopéré avec nous et nous a emmenés chaque jour vers trois ou quatre cadavres cachés. Mais ensuite, il s’est fatigué, a changé d’avis et a cessé d’aider.

Les journaux ont rapporté en juillet 1980 que López avait conduit la police vers les tombes peu profondes de ses 53 victimes dans les provinces andines de Tungurahua, Cotopaxi, Chimborazo, Pinchincha et Imbatura. Les journaux de Quito l’appelaient maintenant « le monstre des Andes » et ont rapporté qu’il était détenu dans la prison d’Ambato, capitale de la province de Tungurahua, à environ 120 km au sud de Quito, depuis la première semaine de mars. Un porte-parole de la police a déclaré qu’il était détenu à Ambato jusqu’à ce qu’un tribunal détermine les charges qui doivent être portées contre lui. Bien qu’il ait été initialement accusé de 53 meurtres le 25 janvier 1981, les autorités ont décidé d’admettre ses aveux détaillés de 110 autres commis en Équateur et, en 1983, il a été condamné à la réclusion à perpétuité, passible d’une peine maximale de 20 ans en vertu de la loi équatorienne.

En 1992, Pedro López a été interviewé à Ambato par Ron Laytner, correspondant du National Examiner. Laytner a été autorisé à accéder à López dans sa cellule pour l’interroger sur les crimes qu’il était accusé d’avoir commis. Cependant, avant de consentir à être interrogé, il a dit au directeur qu’il n’avait touché aucune femme depuis près de 12 ans et qu’il continuerait seulement s’il pouvait toucher les mains de sa fille. Le directeur a accepté et avec les gardes gardant leurs armes sur López à travers les barreaux, il a été autorisé à sa demande. La jeune femme tendit les mains et le Monstre toucha soigneusement ses poignets du bout de ses doigts et Laynter remarqua à quel point ses mains étaient grandes et fortes, anormalement. Il l’a ensuite relâchée et a accepté de parler à Laytner, lui disant qu’à 26 ans, la fille du directeur était trop âgée pour l’intéresser.

Il a commencé à parler de son enfance et a admis que le fait d’être témoin d’actes de prostitution en grandissant avait un effet dérangeant sur sa psyché mentale. Il détaille les cas de viol dont il a été victime et qu’après sa peine de prison, il a commencé à assassiner des jeunes filles au Pérou. « J’ai perdu mon innocence à huit ans », a-t- il dit, « alors j’ai décidé de faire de même avec autant de jeunes filles que possible. » Il a déclaré qu’en 1978, il avait tué plus de 100 personnes au Pérou seulement lorsqu’il a été capturé par la tribu Ayachucos et presque enterré vivant. Il a dit qu’il est ensuite retourné en Colombie et plus tard en Équateur où il a commencé à tuer environ trois filles par semaine. Il a dit à Laytner : « J’aime les filles en Équateur, elles sont plus douces et confiantes, plus innocentes. Ils ne se méfient pas autant des étrangers que les filles colombiennes. Selon ses meilleures estimations, il avait tué 110 filles au Pérou, 110 en Colombie et plus de 100 autres en Équateur et entrerait dans les détails de ses crimes, expliquant comment il capturerait et tuerait ses jeunes victimes.

Il a dit qu’il marcherait parmi les marchés et chercherait une fille avec un certain regard sur son visage, un air d’innocence et de beauté. Il choisissait souvent des filles qui travailleraient aux côtés de sa mère. « Je les ai suivis, parfois pendant deux ou trois jours, en attendant le moment où elle serait restée seule. Je lui donnais un joli bibelot brillant, puis je la ferais partir avec moi pour les abords de la ville où je lui avais promis de lui donner un autre bibelot pour sa mère ». Il gagna la confiance de ses victimes et une fois qu’il les avait seules, il les tiendrait dans ses bras, comme un parent aimant. Il a expliqué : « Au premier signe de lumière, je m’excitais. J’ai forcé la fille à avoir des relations sexuelles et mis mes mains autour de sa gorge, quand le soleil se levait, je l’étranglais, ce n’était que bien si je pouvais voir ses yeux.

Il a également déclaré qu’il n’avait jamais tué aucune de ses victimes la nuit parce qu’il voulait regarder leurs derniers moments pendant la journée. « Ça aurait été gaspillé dans le noir, je devais les regarder de jour. », il expliqua. Il a dit qu’il faudrait cinq à quinze minutes pour que les filles meurent, et a déclaré : « J’ai été très prévenant. Je passerais beaucoup de temps avec eux pour m’assurer qu’ils étaient morts. López a dit qu’il utiliserait un miroir pour vérifier s’ils respiraient encore, où se trancherait les poignets ou la gorge pour voir si leur sang pomperait toujours. S’ils survivaient d’une manière ou d’une autre, il les étranglerait à nouveau. « Parfois, je devais les tuer à nouveau », a-t-il admis. « Ils n’ont jamais crié parce qu’ils ne s’attendaient pas à ce que quelque chose se passe. Ils étaient si innocents ».

Il a également calé certaines de ses victimes dans leurs tombes et leur a parlé lors de rassemblements bizarres et horribles qu’il aimait appeler des parties de thé. « Mes petits amis aimaient avoir de la compagnie. Je mets souvent trois ou quatre filles dans un seul trou et leur parle. C’était comme faire une fête. Mais après un certain temps parce qu’ils ne pouvaient pas bouger, je me suis ennuyé et je suis allé chercher de nouvelles filles. Il a expliqué pourquoi il n’avait choisi que de très jeunes filles, en disant : « C’est comme manger du poulet. Pourquoi manger du vieux poulet quand on peut avoir du jeune poulet ? ». López a révélé qu’il avait voulu violer et tuer les jeunes filles de touristes étrangers : « J’ai souvent suivi des familles de touristes, voulant emmener leurs belles filles blondes. Mais je n’ai jamais eu la chance. Leurs parents étaient trop vigilants.

Il a expliqué à Laytner à propos du moment de la mort : « Il y a un moment merveilleux, un moment divin où j’ai les mains autour de la gorge d’une jeune fille. Je la regarde dans les yeux et vois une certaine lumière, une étincelle, s’éteindre soudainement. Seuls ceux qui tuent savent ce que je veux dire. Il a poursuivi : « Le moment de la mort est passionnant et passionnant. Un jour, quand je serai libéré. Je ressentirai à nouveau ce moment. Je serai heureux de tuer à nouveau. C’est ma mission. » Il a commenté en riant sa liberté, disant qu’il était libéré pour « bonne conduite » et se décrivait comme « l’homme du siècle ». “Je serai bientôt à nouveau un homme libre”, a déclaré López, “Ils me libèrent sur un bon comportement en 1998 ou 1999.” Pendant une grande partie de sa captivité, il a craint d’être extradé vers sa Colombie natale, où il aurait été confronté à un peloton d’exécution dans un pays condamné à la peine de mort.

Après avoir purgé 16 ans de sa peine de 20 ans à perpétuité, Pedro López, 51 ans, a été libéré. Il avait auparavant été transféré dans la cellule d’isolement 29 de Penal Garcia de Moreno à Quito et le 1er janvier 1999, juste après minuit le soir du Nouvel An, il a été emmené de sa cellule sous haute surveillance. Il a été menotté et emmené dans un fourgon de police suivi de deux véhicules d’escorte pour se protéger contre d’éventuelles représailles de la part des familles de ses victimes et conduit à la frontière colombienne. Là, il a reçu une nouvelle chemise, des chaussures, une bouteille d’eau, un paquet de nourriture et une petite quantité de pesos colombiens et il a été libéré. Le gouvernement équatorien a expliqué qu’ils l’expulsaient parce qu’il n’avait pas de visa pour rester en Équateur.

Le major Lascaño, gouverneur de la prison d’Ambato où López a été détenu pendant la majeure partie de sa peine avant son transfert à Quito, a parlé de sa libération. « Dieu sauve les enfants. Il n’est pas réformé et totalement impitoyable. Tout ce cauchemar peut recommencer ! » Après cela, Pedro López « le monstre des Andes » a disparu. Des familles en Colombie, en Équateur et au Pérou qui ont entendu parler de sa liberté craignaient que leurs enfants ne soient victimes du tueur en série et il y a eu de nombreuses observations de lui avec des citoyens appelant la police pour s’assurer que López soit repris. Jose Rivas, le commandant de la police de Carchi en Équateur, a déclaré que López avait été vu dans les montagnes entre l’Équateur et la Colombie.

Le ministre des Prisons Pablo Faguero a été interrogé par des journalistes au sujet de la libération de López et a admis : « Oui, cela semble étrange, mais c’est notre loi. La loi d’interdiction d’exécutions ou de condamnations de plus de 20 ans a été adoptée il y a plus de 100 ans pour protéger les présidents équatoriens de la mort à la suite de révolutions et de coups d’État militaires. Dans le passé, ils avaient été exécutés de manière horrible, comme avoir été séparés par quatre chevaux. La loi semblait humaine. On ne sait pas où se trouve Pedro López après sa libération, et il y a des informations selon lesquelles il est actuellement emprisonné tandis que d’autres indiquent qu’il est libre.

Si vous avez aimé, partagez :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.