Landru – le Barbe-Bleue de Gambais

landru-le-barbe-bleue-de-gambais
Landru est un tueur en série français qui a tué une dizaine de femmes pour les voler en leur faisant croire qu’il était amoureux d’elles.

Henri Désiré Landru est né en 1868 à Paris. Issu d’une famille modeste, il a vécu une enfance heureuse auprès de ses parents et de sa sœur à Paris.

Il fréquente l’école catholique et est enfant de chœur. En 1889, il travaille chez un architecte. Il séduit une jeune femme de son entourage avec laquelle il se marie et aura quatre enfants.

Assez instable, il exerce plusieurs métiers différents entre 1893 et 1900 (comptable, employé de commerce, plombier, etc.).

Il est condamné plusieurs fois d’amendes et peines de prison pour des escroqueries diverses. Il cherche toujours le moyen de gagner de l’argent pour nourrir sa famille.

En 1914, il est condamné pour une escroquerie grave suite à la revente d’un garage sans payer le précédent propriétaire. Étant condamné à être exporté au bagne de Guyane, le plus terrible de tous, il s’enfuit et décide de ne plus se faire reconnaître par ses victimes.

C’est ainsi que va commencer sa carrière meurtrière.

Toujours à la recherche de revenus pour sa famille, il monte une escroquerie aux sentiments. Il se fait passer pour veuf, esseulé, à la recherche d’une nouvelle femme. Il utilise une centaine de pseudonymes différents lors de ses rencontres. Il va ainsi séduire des jeunes femmes qui possèdent une certaine aisance financière, leur promettant le mariage.

Pour ce faire, il les invite en weekend dans des maisons isolées qu’il loue. Une fois qu’elles ont signé des procurations sur leurs comptes et leurs biens, il les assassine et les fait disparaître. Il les brûle notamment dans les cheminées de ces maisons, ce qui dégage une odeur nauséabonde qui incommode ses quelques voisins.

Pour sa famille, il est brocanteur, et il arrive à les visiter de temps en temps malgré un avis de recherche pour l’escroquerie du garage.

C’est en 1918, lorsqu’une connaissance d’une jeune femme disparue la recherche que Landru va être démasqué.

En effet, une autre personne cherche aussi une jeune femme dans le même village. Il s’avère que ces deux disparues ont contacté un homme via une petite annonce dans le journal et qu’elles se sont rendues dans ce même village de Gambais, avec un homme qui se ressemble mais qui porte un nom différent.

Ces deux personnes portent plainte contre X et une enquête est menée dans la maison de Gambais que louait Landru.

Malheureusement, les recherches n’aboutissent pas jusqu’au jour où une voisine reconnaît cet homme aux bras d’une jeune femme à Paris.  Celui-ci est arrêté sous un nom d’emprunt. La police trouve à son domicile un brevet au nom d’Henri Désiré Landru et un petit carnet sur lequel sur lequel il a inscrit onze noms de femmes, dont les deux femmes disparues qui font l’objet d’une recherche.

L’identité de Landru étant maintenant connue, des perquisitions s’effectuent à son domicile à Paris mais aussi dans les maisons qu’il louait successivement.

Perquisitions dans la maison de Landru en avril 1919

La police y trouve plusieurs débris de corps brûlés ainsi que des parties de vêtements.

L’enquête continue avec l’examen de tous ses papiers, notes et comptabilité. Tous les éléments se recoupent pour prouver l’implication de Landru dans la disparition et le meurtres de ces femmes.

En 1920, le dossier à charge de Landru possède plus de 5’000 pièces. Le procès a lieu en 1921 à Versailles. Il se déclare innocent. Landru nie son implication mais face à une multitude de preuves accablantes, il est déclaré coupable de onze meurtres et condamné à la guillotine. Il sera exécuté en 1922.

Landru durant son procès
Si vous avez aimé, partagez :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.