Jack l’éventreur

Jack l'éventreur
Le meurtrier tristement célèbre Jack l’Éventreur a tué au moins cinq prostituées londoniennes en 1888. Jamais capturée, son identité est l’un des mystères non résolus les plus célèbres d’Angleterre.
Qui était Jack l’éventreur ?

Du 7 août au 10 septembre 1888, « Jack the Ripper » terrorisa le quartier de Whitechapel dans l’East End de Londres. Il a tué au moins cinq prostituées et mutilé leur corps d’une manière inhabituelle, indiquant que le tueur avait une connaissance de l’anatomie humaine. Jack l’Éventreur n’a jamais été capturé et reste l’un des criminels les plus infâmes d’Angleterre et du monde.

Suspects et victimes

Connu pour avoir commis des meurtres horribles du 7 août au 10 septembre 1888, “Jack l’Éventreur” – un surnom du célèbre tueur en série, qui n’a jamais été identifié – reste l’un des criminels les plus infâmes d’Angleterre et du monde.

Le coupable responsable des meurtres de cinq prostituées – tous ont eu lieu à moins d’un mile les uns des autres, et impliquait les districts de Whitechapel, Spitalfields, Aldgate et la City de Londres – dans l’East End de Londres à l’automne 1888 n’a jamais été appréhendé. Malgré d’innombrables enquêtes revendiquant des preuves définitives de l’identité du meurtrier brutal, son nom et ses motifs sont toujours inconnus. Le surnom de « Jack l’Éventreur » provient d’une lettre écrite par quelqu’un qui prétendait être le boucher de Whitechapel, publiée au moment des attentats.

Ajoutant au mystère de l’affaire, le fait que plusieurs lettres ont été envoyées par le tueur au service de police métropolitain de Londres, également connu sous le nom de Scotland Yard, narguant les agents au sujet de ses activités horribles et spéculant sur les meurtres à venir. Diverses théories sur l’identité de Jack l’Éventreur ont été produites au cours des dernières décennies, notamment des allégations accusant le célèbre peintre victorien Walter Sickert, un migrant polonais et même le petit-fils de la reine Victoria. Depuis 1888, plus de 100 suspects ont été nommés, contribuant au folklore répandu et aux divertissements macabres entourant le mystère.

À la fin des années 1800, l’East End de Londres était un endroit qui était considéré par les citoyens avec compassion ou mépris total. Bien qu’il s’agisse d’une région où des immigrants qualifiés, principalement des Juifs et des Russes, venaient commencer une nouvelle vie et créer des entreprises, le quartier était réputé pour la misère, la violence et la criminalité. La prostitution n’était illégale que si la pratique provoquait des troubles publics, et des milliers de bordels et de maisons d’hébergement à loyer modique offraient des services sexuels à la fin du XIXe siècle.

À cette époque, la mort ou le meurtre d’une travailleuse était rarement rapporté dans la presse ou discuté au sein d’une société polie. La réalité était que les « dames de la nuit » étaient sujettes à des agressions physiques, qui entraînaient parfois la mort. Parmi ces crimes violents courants figurait l’attaque de la prostituée anglaise Emma Smith, qui a été battue et violée avec un objet par quatre hommes. Smith, qui est décédé plus tard d’une péritonite, est dans les mémoires comme l’une des nombreuses femmes malheureuses victimes qui ont été tuées par des gangs exigeant une protection financière.

Cependant, la série de meurtres qui a commencé en août 1888 s’est démarquée des autres crimes violents de l’époque : ils ont été marqués par la boucherie sadique, suggérant un esprit plus sociopathe et haineux que la plupart des citoyens pourraient le comprendre. Jack l’Éventreur n’a pas seulement étouffé la vie avec un couteau, il a mutilé et humilié des femmes, et ses crimes semblaient dépeindre une horreur pour tout le sexe féminin.

Lorsque les meurtres de Jack l’Éventreur ont soudainement cessé, à l’automne 1888, les citoyens de Londres voulaient des réponses qui ne viendraient pas, même plus d’un siècle plus tard. L’affaire en cours – qui a engendré une industrie de livres, de films, de séries télévisées et de tournées historiques – a rencontré un certain nombre d’obstacles, notamment un manque de preuves, une gamme de désinformation et de faux témoignages, et des réglementations strictes du Scotland Yard. Jack l’Éventreur fait l’objet de reportages depuis plus de 130 ans, et le restera probablement pendant des décennies.

Dans les années récentes

En 2011, le détective britannique Trevor Marriott, qui enquêtait depuis longtemps sur les meurtres de Jack l’Éventreur, a fait la une des journaux lorsqu’il s’est vu refuser l’accès à des documents non censurés entourant l’affaire par la police métropolitaine. Selon un article d’ABC News de 2011, les agents de Londres ont refusé de donner les fichiers à Marriott parce qu’ils contiennent des informations protégées sur des informateurs de la police, dissuadant ainsi potentiellement les témoignages d’informateurs modernes.

En 2014, l’auteur et détective amateur Russell Edwards a affirmé avoir déterminé l’identité de Jack l’Éventreur par des résultats ADN obtenus à partir d’un châle appartenant à l’une des victimes, Catherine Eddowes. Edwards a affirmé que les preuves pointaient vers Aaron Kosminski, un immigrant polonais et l’un des principaux suspects dans les meurtres effroyables.

Le sujet a refait surface lorsque deux biochimistes ont publié les résultats de leurs tests sur le châle dans une édition de mars 2019 du Journal of Forensic Sciences, encore une fois doigté Kosminski comme un match probable. Cette conclusion a été rapidement contestée par les généticiens qui ont contesté la méthodologie utilisée et ont insisté sur le fait que le châle avait été contaminé par une manipulation inappropriée.

Si vous avez aimé, partagez :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.